Acheter ou louer un instrument ?
Petit guide à destination de l'usager...

Quand petit ou grand débute la pratique d'un instrument, il faut se préoccuper de l’inscription à l’école de musique, ou au conservatoire, le cas échéant que le postulant ait réussi les tests de sélection, été tiré au sort, ou bien avoir trouvé un professeur particulier.

Mais pour l’instrument, que faire ?

Le prêt/ location par le conservatoire ou l’école de musique

Un certain nombre d’écoles de musique ou de conservatoires mettent à disposition un instrument pour le débutant.

Si le pack instrumental n’est pas trop décati, c’est une excellente opportunité. Néanmoins, n’hésitez pas à interroger le professeur ou bien un luthier ou un professionnel compétent sur l’état de l’instrument qui vient de ou va vous être confié. Les écoles de musique et conservatoires peuvent avoir du mal à gérer le suivi et l’entretien de leurs instruments. 

Attention ! Regardez attentivement les conditions de prêts ou de location qui vous sont faites, le coût exact de la location. La nature de votre responsabilité par rapport à cet instrument. Dans la plupart des cas, il vous sera demandé de faire assurer l’instrument : un jeu d’enfant avec le contrat Harmonie mais il vous faut disposer d'une évaluation précise de la valeur de l’instrument et faire un état des lieux quand vous récupérez l’instrument afin d’éviter toute mauvaise surprise .

N’oubliez pas la question de la prise en charge de l’entretien de l’instrument (cordes, visite d'entretien, etc.). Est-ce vous qui allez le financer ou bien l’école ?

Une question subsidiaire : pourrez- vous garder l’instrument pendant les vacances d’été si vous le souhaitez ?

Il s’avère parfois qu’une location chez un professionnel revienne moins cher pour un instrument mieux entretenu, ou réponde mieux à vos attentes.

Achat ou location chez un professionnel : magasin de musique, luthiers et facteurs. Comment faire le choix ?

Il n’existe pas de règle infaillible dans ce domaine, voici donc quelques recommandations pour vous aider à vous décider.

La location présente l’avantage de vous éviter une mise de fond au départ, d’avoir un instrument exactement de la bonne taille pour l’enfant (pour les instruments qui existent en différentes tailles) et idéalement pour l’usage qui va en être fait. Le premier enjeu est la qualité de l’instrument et son adéquation par rapport au besoin du musicien. Le professionnel et le professeur sont là pour vous épauler.

Là encore, il convient bien de comprendre les règles du jeu avec le professionnel, c’est-à-dire avoir en main et se faire expliquer si besoin les termes du contrat : montant de la caution, durée du contrat, responsabilité par rapport à l’instrument concernant son entretien et aussi les risques accidentels et le vol, possibilité de changer l’instrument si nécessaire etc.

Vérifiez aussi avec quels accessoires l’instrument va vous être confié (archet, étui, boîte etc.) : si vous devez les acheter cela peut représenter un surcoût non négligeable.

L’achat est un acte engageant. Posséder son propre instrument est pour tout musicien un acte important car il se crée un lien particulier entre les deux.

La première question est donc celle de l’adéquation de l’instrument au musicien en herbe.

Quel est le budget pour l’instrument qui doit permettre à celui qui va l’utiliser de débuter et/ou de progresser ? Une fois encore le professionnel et le professeur sont là pour vous informer. S’il ne faut pas faire de dépenses inconsidérées, n’oubliez pas non plus que l’enjeu premier est d’acquérir l’instrument adapté, pas de faire une bonne affaire à tout prix.

Un instrument pour la vie ?

Si vous êtes prêt à investir dans un instrument il faut réfléchir à la suite.

Posséder son instrument implique de l’entretenir : renseignez-vous pour savoir ce qu’il faut prévoir à quelle fréquence. Le meilleur des instruments mal ou pas entretenu peut / va perdre peu à peu de ses qualités.

  • Que se passe t il quand l’intéressé a grandi et qu’il a besoin de la taille supérieure ? 
  • S’il faut un instrument de meilleure qualité ?
  • Si l’intéressé arrête et que vous souhaitez renégocier l’instrument ?
  • Quelle valeur aura-t-il ?

Un certain nombre de professionnels proposent des reprises sous certaines conditions : interrogez-les précisément sur leurs engagements en la matière, il n’y a rien de systématique.

Il n’y a aucune réponse universelle à toutes ses questions : informez-vous auprès des professionnels et professeurs mais aussi auprès des autres parents.

Non seulement les réponses vont différer suivant l’âge et le parcours artistique de l’enfant mais aussi suivant l’instrument choisi et enfin en fonction de ce que vous pouvez trouver à l’endroit où vous habitez.

Bonne rentrée !

FUSE remercie Fanny Reyre Ménard, luthière à Nantes et présidente d'honneur de FUSE, pour sa contribution. 

Partagez cet article !

Mis à jour le 10/09/2019