Restez informés de l'actualité du monde de la musique avec

LOGO LETTRE DU MUSICIEN

partenaire de FUSE 

Cergy supprime les CHAM primaires, outil de mixité !
La classe CHAM de Chemin Dupuis, à Cergy Pontoise, risque de disparaître à la rentrée 2018, sur décision du président de l'Agglo. Cela mettrait fin à 30 ans de présence de ce dispositif, outil de mixité indispensable, sur le territoire.

C'est le 15 mai dernier, lors d'une commission d'affectation en 6ème de l'Education Nationale, que les parents ont appris qu'ils assistaient au dernier recrutement d'écoliers pour la classe à horaire aménagé de l'école Chemin Dupuis (en REP). Fermeture qui a été confirmée depuis par celui qui en a pris la décision de manière unilatérale : Dominique Lefebvre, président de l'Agglomération de Cergy Pontoise.

Du côté des parents – qui, au lendemain de cette annonce ont monté le collectif "Sauvons les classes Cham" – c'est l'indignation. Et on les comprend. Présent depuis trente ans sur le territoire, ce dispositif en lien avec le conservatoire aura disparu du territoire à la rentrée 2018. Cette décision laisse une sensation d'arbitraire pour les usagers, qui n'ont pas été concertés et soulignent les contradictions des arguments avancés.

Si le député a voulu rassurer, précisant dans un courrier aux parents que les élèves actuellement en parcours Cham bénéficieront de ce dispositif jusqu'à la fin de leur scolarité, aucun recrutement ne sera en revanche fait à partir de septembre 2018. Dominique Lefebvre pointe la nécessité de toucher un plus grand nombre d'élèves, affirmant qu'il y a moins de mixité parmi les élèves de classe Cham que parmi les élèves hors Cham, que ce programme est coûteux pour la collectivité et que les résultats ne sont pas prouvés. 

Mobilisation des parents et des anciens élèves

Le collectif de parents d'élèves dénonce des arguments non fondés et polémiques, dans un contexte d'elections législatives. "Sauvons les classes Cham" rappelle qu'il y a là confusion entre l'initiation musicale du plus grand nombre, notamment grâce aux classes orchestre ou l'appui aux enseignants en matière d'éducation musicale à l'école (par les intervenants en milieu scolaire), et le système des horaires aménagés. Ces derniers concernant 25 élèves par an. "Ce sont deux dispositifs complétement différents et qui peuvent cohabiter", explique le collectif. Il s'interroge aussi sur la manière dont la mixité évoquée peut être mesurée, le Conservatoire de Cergy ne proposant pas de tarifs dégressif en fonction du quotient famililal. 

Une pétition est en ligne et les parents d'élèves ont manifesté, puis assisté au conseil d'agglomération en tant que public, le 30 mai dernier. D'autres actions sont prévues, notamment à l'occasion de la Fête de la Musique.

Le faux procès de la mixité

Alors que la mixité au sein des classes à horaires aménagés est souvent brandie par les opposants à ces dispositifs, comme argument en faveur de leur disparition, c'est tout le contraire que vivent les usagers de ces classes, particulièrement en primaire. En effet, en CE1, le recrutement est mené auprès d'enfants sans passé musical ou chorégraphique, sur la base d'une appétence de l'enfant et de l'engagement de sa famille. En collège, lorsqu'aucun dispositif scolaire existe, le recrutement s'appuie beaucoup plus souvent sur une pratique antérieure. La suppression de ces classes primaires conduira donc de fait à une réduction de la mixité du conservatoire.

Ce n'est pas la première fois qu'un élu, indépendamment de son étiquette politique, s'en prend à ces classes. Parfois situées en centre ville (dont on sait depuis peu, qu'ils ne sont pas des ilôts d'aisance financière, mais qu'ils concentrent souvent un taux de pauvreté important, peu visible), elles sont pointées du doigt comme des outils de contournement de la carte scolaire, réservées à une élite; et ce, en toute méconnaissance à la fois des modes de recrutement et des réalités des enfants et de leurs familles.

Si la diversité au sein de ces classes est parfois moindre que les autres classes au sein de leur établissement d'accueil, lorsque celui-ci est en REP ou à l'inverse supérieure à la moyenne dans les établissements moins défavorisés, dans tous les cas, leur présence permet d'accroître la mixité par l'arrivée d'élèves différents du milieu habituel. Il suffit pour cela de comparer les tarifs de cantine appliqués au sein de l'école.

Chers élus, prenez vos responsabilités et travaillez à plus de mixité à l'entrée des CHAM, véritables outils de démocratisation

Alors ce n'est pas encore suffisant ? ces classes favoriseraient l'entresoi ? Ce n'est pas aux dispositifs CHAM qu'ils faut jeter la pierre, bien au contraire (certains enfants n'auraient jamais suivi de cursus en conservatoire sans ce dispositif intégré). Mais au travail d'initiation et d'éveil du plus grand nombre, au trop faible accompagnement des familles qui n'osent pas franchir le pas, à l'absence de communication positive sur de véritables filières de réussite éducative, ouvertes à tous. Avant tout, il faudrait se poser la seule véritable question : "Pourquoi n'y a t-il pas plus de mixité au niveau des demandes d'entrée en CHAM?".

C'est toute la responsabilité des élus locaux que de proposer des actions pour remédier à cette difficulté, plutôt que d'accuser l'outil CHAM des faiblesses et des manques des dispositifs d'éducation artistique. Certains (heureusement nombreux) s'y attellent. Mais on aimerait que tous s'en préoccupent.

Plus d'infos : 
Lien vers la pétition : https://www.change.org/p/sauvons-les-cham-de-cergy-pontoise
Contact : sauvonslescham@gmail.com 


Mis à jour le 08/06/2017